2015 | Fondation Louis Vuitton pour l’art contemporain | Architecture fugace | Atelier enfant © Fondation Louis Vuitton / Gaël Cornier

L’architecture désigne l’art de construire des bâtiments, généralement pérènes qui s’inscrivent dans le paysage et peuvent le confronter. L’architecture est généralement faite pour durer, structure solide composée d’une multitude de matériaux assemblés selon des règles techniques précises. L’architecture répond aux besoins d’habiter et de s’intégrer au paysage. La création architecturale est un acte spontané dans le besoin d’habiter, mais il est régi par des règles de construction précises. Le cas des bidonvilles rejoint ce besoin spontané d’habiter, mais ne subit pas des règles de constructions prédéfinies. Le bidonville est spontané jusque dans sa construction. Il laisse place à la spontanéité de la création, poétique et fragile qui chamboule les règles établies de l’architecture et de la ville. Ici, l’architecture est comestible, composée de feuille de fruit légère et volatiles assemblées sur des tiges de bois anarchiques. C’est une architecture éphémère qui pourrait s’apparenter à la construction d’un bidonville. En effet le matériau est ici découpé et assemblé selon l’humeur et l’envie de celui qui construit, sans plan ni technique d’assemblage elle répond à un besoin spontané de création. La feuille de fruit est un matériau comestible qui se dégradera au fur et à mesure du temps et selon les aléas de l’hygronométrie ambiante. La viabilité de l’architecture dépendra aussi de sa rencontre avec l’humain qui décidera ou non de la manger. Le projet Architecture fugace chamboulent les codes qui régissent l’architecture, le design ou encore la cuisine, il n’y a pas de plan à suivre, les ingrédients sont triturés, découpés, malmenés par les participants qui agrémenteront donc leurs installations de divers microbes membres organiques d’un moment non aseptisé. Il défend l’idée d’une ville en mouvement, du droit à une création spontanée et vivante

Architecture Fugace a été réalisé lors d’un atelier à la Fondation Louis Vuitton durant lequel les jeunes publics étaient invités à construire une multitude d’architectures éphémères et comestibles. Cet atelier a mis en lumière la singularité créative de chacun des participants qui ont développé des techniques de découpe et d’assemblage selon leur personnalité. Les villes éphémères ainsi composées étaient données en pâtures au groupe suivant.